ROLIN Dominique

public://sites/default/files/import/ROLIN Dominique.jpg

ROLIN Dominique

Romancière, nouvelliste, auteur dramatique...

Origine :   Français

Biographie : 

Carrière étonnante, mais exemplaire, que celle de cette petite Bruxelloise surdouée (en littérature, certes, mais aussi en dessin, même si elle s'est moins souvent manifestée dans ce domaine). Sur un coup de tête, dirait-on, elle part pour Paris, s'y fait un nom en quelques années et y produit une oeuvre romanesque comptant au petit nombre de celles qui dominent la littérature française de la seconde moitié du siècle. Pour qui tente de caractériser sa manière, au prix d'une lecture critique méthodique et tout en profondeur (travail considérable vu qu'en plus de quarante années, l'écriture de Dominique Rolin a évolué), ce qui reste la marque profonde, irrécusable, d'un talent original et bouleversant est peut-être son extraordinaire faculté d'analyse et, surtout, depuis la fin des années cinquante, d'auto-analyse. Il est vain de disputer des rapports de cette partie récente de l'oeuvre avec le Nouveau Roman : celui-ci offre assez de diversité pour pouvoir accueillir Dominique Rolin parmi ses meilleurs représentants, mais la question, à tout prendre, est dénuée d'importance.

Dominique Rolin est née le 22 mai 1913 à Ixelles. Son père était bibliothécaire au Ministère de la Justice. Sa mère, Esther, parisienne, fille du romancier naturaliste Léon Cladel, et soeur de Judith Cladel, elle aussi écrivain, enseignait la diction. Un frère est né en 1915 et une soeur en 1918. Les trois enfants ont grandi dans un climat familial peu commun dont les traces apparaissent dans plusieurs romans.

Très jeune, Dominique Rolin inventait des histoires qu'elle transcrivait et illustrait. Adolescente, elle fait des études de bibliothécaire et de dessin. Elle est engagée à la bibliothèque de l'Université libre de Bruxelles où elle restera dix ans.

Elle a vingt et un ans quand une revue publie l'un de ses récits. Deux ans plus tard, elle est lauréate d'un concours international organisé par une autre revue, Mesures. En 1937, elle se marie et, l'an d'après, donne le jour à une petite fille, Christine (la Ma-Ta présente dans plusieurs romans). Elle achève Les marais, que publieront en 1942 les Éditions Denoël. Ce roman, typique de sa première manière, a été très favorablement accueilli par la critique.

L'entente est loin de régner entre Dominique et son mari. Elle s'en sépare en 1946 et, courageusement, va s'installer à Paris où paraît déjà son troisième livre. Désormais, elle ne cessera plus d'écrire et ses romans seront édités à la cadence presque immuable d'un tous les deux ans. Elle rencontre le sculpteur Bernard Milleret et, avec lui, le bonheur, même si les conditions matérielles sont dures pour les artistes dans le Paris d'après la guerre. Une part des minces revenus du couple provient des illustrations que la jeune femme exécute pour des périodiques. Mais tout va changer. En 1952, elle remporte le Prix Femina avec Le souffle. Ce succès lui permet d'acquérir une vaste propriété à une quarantaine de kilomètres de Paris. Elle s'y installe avec sa fille Christine et Bernard Milleret, qu'elle épouse en 1955, devenant ainsi française. En 1957, elle remporte le prix Lugné-Poe avec une pièce, L'épouvantail, que crée le Théâtre de l'Oeuvre.

Bernard Milleret meurt en mars de cette année-là. Dominique Rolin en est cruellement blessée. Trop seule dans sa résidence campagnarde, elle revend sa maison et se réinstalle à Paris. Elle siège au jury du prix Femina.

La mort de son mari a provoqué, pendant quelques mois, un repli sur soi, et il semble que la solitude ait incité l'écrivain à réfléchir sur son art et imposer de nouvelles exigences à sa création. Dès 1962, avec Le for intérieur, s'annonce sa deuxième manière, une espèce de transition.

Dominique Rolin quitte en 1963 le jury du Femina et devient membre de celui du prix Roger Nimier.

Un nouveau deuil la frappe en 1965 : sa mère, à laquelle elle était très attachée, décède à Bruxelles.

C'est alors que débute la troisième période de la carrière littéraire. On s'en rend compte en 1967 avec Maintenant, premier d'une série de neuf romans aussi étonnants par leurs qualités formelles que par la profondeur parfois austère de l'introspection à laquelle leur auteur va systématiquement se livrer.

Dominique Rolin publie aussi, en 1978, un roman «hors-série» qui présente toutefois les traits caractéristiques et bien connus de son écriture. C'est L'enragé, une biographie romancée de Brughel l'Ancien qui lui vaudra, à Bruxelles, le prix Franz Hellens.

Le père de Dominique, son meilleur ami, est mort en 1975.

Elle continue de travailler et obtient, en 1980, le prix Kleber Haedens. En 1988, elle est élue comme membre étranger à l'Académie royale de Langue et de Littérature françaises, pour succéder à Marguerite Yourcenar. Elle y est accueillie le 22 avril 1989.

Bibliographie : 

Les ouvrages marqués de l'astérisque ont fait l'objet de nombreuses traductions, notamment en néerlandais, allemand, anglais, italien, espagnol et serbo-croate.

  • Les marais, roman, Denoël, Paris, 1942. Rééd. Seuil, Paris, 1949; Guilde du Livre, Lausanne, 1962, Livre de Poche, Paris, 1969 et Gallimard, Paris, 1991, coll. Blanche.
  • Anne la bien-aimée, roman, Denoël, Paris, 1944, coll. La belle étoile. *
  • Les deux soeurs, roman, Denoël, Paris, 1946. *
  • Moi qui ne suis qu'amour, roman, Denoël, Paris, 1948; Livre de Poche, Paris, 1968.
  • L'ombre suit le corps, roman, Seuil, Paris, 1950. *
  • Les enfants perdus, nouvelles, Denoël, Paris, 1951, coll. Romans français.
  • Le souffle, roman, Seuil, Paris, 1952. Prix Femina.
  • Les quatre coins, roman, Seuil, Paris, 1954. *
  • Le gardien, roman, Denoël, Paris, 1955, coll. Romans français. Rééd. Cercle du Bibliophile.
  • L'épouvantail, pièce en quatre actes, Gallimard, Paris, 1957, coll. Le Manteau d'Arlequin. Prix Lugné-Poe.
  • Artémis, roman, Denoël, Paris, 1958, coll. Romans français.
  • Le lit, roman, Denoël, Paris, 1960, coll. Romans français. Rééd. Galimard, Paris, 1972, coll. Folio. Adaptation cinémato-graphique de Marion Hänsel en 1982.
  • Le for intérieur, roman, Denoël, Paris, 1962, coll. Romans français.
  • La maison, la forêt, roman, Denoël, Paris, 1965, coll. Romans français. Rééd. Labor, Bruxelles, 1990, coll. Espace Nord.
  • Maintenant, roman, Denoël, Paris, 1967, coll. Romans français.
  • Le corps, roman, Denoël, Paris, 1969, coll. Romans français.
  • Les éclairs, roman, Denoël, Paris, 1971, coll. Romans français.
  • Lettre au vieil homme, roman, Denoël, Paris, 1973, coll. Romans français.
  • Deux, roman, Denoël, Paris, 1975, coll. Romans français.
  • Dulle Griet, roman, Denoël, Paris, 1977, coll. Romans français. Rééd. Labor, Bruxelles, 2002.
  • L'enragé, roman, Ed. Ramsay, Paris, 1978. coll. La vie antérieure. Rééd. Labor, Bruxelles, 1986, coll. Espace Nord. Prix Franz Hellens.
  • L'infini chez soi, roman, Denoël, Paris, 1980, coll. Romans français. Prix Kleber Haedens. Rééd. Actes Sud, 1996, coll. Babel.
  • Le gâteau des morts, roman, Denoël, Paris, 1982, coll. Romans français.
  • La mort de Cléopâtre, Théâtre-Poème, Bruxelles, 1983.
  • La voyageuse, roman, Denoël, Paris, 1984, coll. Romans français.
  • L'enfant-roi, roman, Denoël, Paris, 1986, coll. L'Infini.
  • Trente ans d'amour fou, roman, Gallimard, Paris, 1988, coll. Blanche.
  • Vingt chambres d'hôtel, roman, Gallimard, Paris, 1990, coll. Blanche.
  • Bruges la vive, essai, Ed. Ramsay, Paris, 1990.
  • Un convoi d'or dans le vacarme du temps, Ed. Ramsay, Paris, 1991.
  • Deux femmes un soir, roman, Gallimard, Paris, 1992, coll. Blanche; coll. Folio, 1995.
  • Les géraniums, nouvelles, La Différence, Paris, 1993, coll. Littérature.
  • Le bonheur en projet, (Dominique Rolin et Frans de Haes), Ed. Labor, Bruxelles, 1993, coll. Archives du Futur. Rééd. 2006.
  • Le jardin d'agrément, roman, Gallimard, Paris, 1994, coll. Blanche.
  • Train de rêves, roman, Gallimard, Paris, 1994, coll. L'Infini.
  • L'accoudoir, roman, Gallimard, Paris, 1996, coll. Blanche.
  • La rénovation, roman, Gallimard, Paris, 1997, coll. Blanche; coll. Folio, 1999.
  • Journal amoureux, roman, Gallimard, Paris, 2000, coll. Blanche; coll. Folio, 2001.
  • Plaisirs, entretiens avec Patricia Boyer de la Tour, Gallimard, Paris, 2002, coll. L'Infini; coll. Folio, 2004.
  • Le futur immédiat, roman, Gallimard, Paris, 2002, coll. Blanche; coll. Folio, 2003.
  • Lettre à Lise, roman, Gallimard, Paris, 2003, coll. Blanche.

Prix obtenus : 

  • 1936 : Lauréate d'un concours international organisé par Mesures
  • 1952 : Prix Femina avec Le souffle
  • 1957 : Prix Lugné-Poe avec L'épouvantail
  • 1978 : Prix Franz Hellens avec L'enragé
  • 1980 : Prix Kleber Haedens

Disponible dans notre librairie :